Les lethrinoïdes

25,00

Un Ouvrage de Patrick TAWIL pour l’Association France Cichlid; 128 pages de Photos et de Textes exclusifs

Les cichlidés-paons et leurs apparentés, dont il sera question ici, ne constituent qu’une faible partie du sous-ensemble des «non-mbunas» du lac Malawi, mais il s’agit probablement du plus emblématique et du plus populaire, que ce soit par l’intensité de la coloration des mâles, souvent équivalente à celle des mbunas, ou par la taille modérée à laquelle se limitent la plupart des espèces, qui permet de les maintenir dans des volumes accessibles. Le terme de « cichlidés-paons » donné aux membres du genre Aulonocara, le plus populaire d’entre eux, est une traduction de leur dénomination anglo-saxonne courante: «Peacock Cichlids». Bien qu’elle ne soit guère utilisée en français, cette dénomination reflète pleinement la coloration somptueuse des mâles, en particulier ceux des espèces vivant parmi les rochers. La robe plus discrète des membres des espèces sabulicoles est parfois encore plus gratifiante que celle des espèces pétricoles lorsqu’elle récompense la patience de l’éleveur, et certaines d’entre elles, en particulier chez les Lethrinops, n’ont pratiquement rien à envier aux plus flamboyants des Aulonocara. Pour nommer cet assemblage de genres, nous emploierons ici le terme nouveau de lethrinoïdes, d’après le premier genre décrit du groupe. Nous vous invitons à découvrir la richesse de ces lethrinoïdes en tournant ces pages, et vous aurez l’occasion de voir que cette richesse n’est pas uniquement celle de leurs couleurs.

  • Année : annee-2019