Lepidiolamprologus kamambae, un nouveau lamprologue prédateur de Tanzanie

Non, il ne s’agit pas d’une faute de frappe: kamambae -et non nkambae– est bien le nom de ce nouveau Lepidiolamprologus décrit par Kullander et deux membres d’une compagnie exportatrice de cichlidés (African Diving), Magnus Karlsson et Mikael Karlsson, qui en sont les découvreurs :

Kullander, S., M. Karlsson & M. Karlsson. 2012. Lepidiolamprologus kamambae, a new species of cichlid fish (Teleostei: Cichlidae) from Lake Tanganyika. Zootaxa. (n. 3492), pp. 30–48.

En résumé, la nouvelle espèce est endémique de l’île de Kamamba, au large de la côte sud-est du lac Tanganyika, en Tanzanie. La nouvelle espèce est proche des grands prédateurs que sont L. elongatus, L. kendalli et L. mimicus, et à un moindre degré de L. profundicola. Elle se distingue de ses cousines par les proportions de son corps et par son patron de coloration. L’espèce dont elle est le plus proche est L. kendalli, dont les auteurs la distinguent par la longueur moindre du dernier rayon dur de la dorsale et la présence de taches discontinues au lieu de lignes brisées ou de lignes complètes sur les flancs.

P.Tawil_Lepidiolamprologus_kendalli_Kasanga

Lepidiolamprologus kendalli Kasanga

A noter que le patron de coloration de L. kendalli étant assez variable, les critères chromatiques sont d’une signification limitée, et L. kamambae pourrait n’être considéré que comme une variété géographique (sous-espèce) de L. kendalli plutôt qu’une espèce à part entière. La localité type de L. kamambae est située très au nord de celles de L. kendalli et L. nkambae. Alternativement, L. kamambae est présenté par certains auteurs comme pouvant être une variété géographique de L. elongatus (sur le site Cichild Room Companion). A noter également que Kullander appuie la proposition faite par différents auteurs (et qui me paraît justifiée compte tenu de la faible distance entre leurs localités types) de considérer L. nkambae comme synonyme de L. kendalli.

Patrick Tawil
20 novembre 2012

(7)